Du côté de Barville, il y a André...

Publié le par Christine de la Mouchardière

 





Comme tout bon retraité, André ne s'ennuie jamais. Il a ses 40 poules, ses cochons-d'inde, ses pigeons, son jardin, ses copains, sans oublier la pêche.


Comme c'est un pro de la mouche et du vairon, il a trop de poissons certains jours ; pas de problème, il a fabriqué un fumoir accouplé d'un barbecue, c'est pas malin ça ? Ne me demandez pas comment ça marche, j'ai pas eu le temps de lui poser la question. Trop de choses à découvrir dans son univers.

Par exemple, ayant deux emplacements pour les pigeons, il leur a confectionné un tunnel aérien pour qu'ils puissent circuler facilement d'un endroit à l'autre sans risque de les voir s'enfuir.

Et puis, il y a la mare. Pour la petite histoire, sachez que cette mare sert de délimitation pour une partie du terrain réservé aux poules. Cet hiver il a fait bien froid, rappelez-vous comme cela a bien gelé certaines nuits. Le renard en a profité pour venir dévaliser le poulailler. André ne sait pas si Maître Goupil avait chaussé les patins à glace !
 

 

 

 

 


Dans la mare, il y a des nymphéas et des nénuphars jaunes. Le nymphéa rose a été acheté. Par contre le nénuphar jaune vient des ruisseaux avoisinants.

 

 

Savez-vous que l'Académie française a écrit nénufar jusqu'en 1935 ? Cela rapporte moins de points au scrabble mais c'était sujet à moins de fautes ! Les fleurs de Nuphar lutea sentent l'alcool et attirent ainsi les insectes.

 

Il parait qu'autrefois, la plante (le rhizome essentiellement) était utilisée comme anaphrodisiaque pour calmer la surexcitation sexuelle. On l'a parfois appelé "destructeur de plaisirs" ! Toutefois, il est riche en alcaloïdes, dont le nymphaline qui est un tonique cardiaque. (Guides des plantes médicinales de Delachaux et Niestlé).

Il pousse dans les rivières et les canaux à lent débit, les fossés profonds, les lacs et les bassins. Vous pouvez admirer les fleurs de juin à septembre. Les fruits ont une forme de petite outre. Son nom latin Nuphar est dérivé des noms arabe et persan de la plante "nufar" ou "nilufar" ; lutea veut dire jaune en latin.




 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article